Rechercher

Défiez la grosse bête

Du stress à la vitalité - Partie 1

Ressentez-vous tous l’allégresse, la légèreté associée à l’été, à ses plaisirs et à la détente? Pas tout à fait, pour plusieurs. J’observe certaines personnes en vacances et pourtant agitées.


Les gestionnaires espéraient le déconfinement pour « revenir à la normale », relancer et développer les affaires. La réalité diffère : limitations, mesures sanitaires, gestion compliquée des effectifs, recrutement et j’en passe. Je connais des gestionnaires qui prennent un congé forcé. « Auto-ordonnance »! Ils se disent démotivés, irritables, critiques, éparpillés, fatigués, impatients.


Il fallait déjà gérer le changement, voilà qu’un nouveau facteur s’inscrit dans l’équation de gestion : l’inconnu.


Y a-t-il un pilote dans l’avion?

Qui peut planifier avec aplomb les prochaines années d’une entreprise, en ce moment? Qui s’aventurera à formuler d’importants projets à venir, tant personnel que professionnel? Un gouvernement s’affirme avec autorité et bienveillance en période de tumulte pour tenir les commandes et préserver l’ordre. On l’a vu au Québec. Le capitaine ne peut se permettre de perdre pied sur la proue du navire, durant la tempête!


Plusieurs d’entre nous avons été projetés dans une « nouvelle vie » en 24 heures. Choc. Surprise. Repli.


Les gens se sont retrouvés en arrêt de travail ou débordés. Dans tous les cas, dépassés.


Dès lors, un trouble s’est infiltré en nous. Inaudible, imperceptible, envahissant: le stress.


Hans l’a expliqué

Ce que le Dr Hans Selye, pionnier des études sur le stress, a établi dans les années 70 vaut encore aujourd’hui.


« Le changement brutal survenant dans les habitudes d’une personne, jusque-là bien équilibrée, est susceptible de déclencher un bouleversement dans sa structure psychique et même somatique »

(Hans Selye - WIKIPÉDIA)


Ça y est. J’ai compris!

Est-ce un début d’explication du vague à l’âme chez certaines personnes? Très...très possible.

Démonstration.


Regardons les derniers mois, sous deux lentilles distinctes :

L’histoire vécue/ Le modèle du Dr Selye pour répondre aux situations

13 mars 2020, le Québec est à l’arrêt / Phase alarme : choc, surprise.

Un printemps tout entier en confinement / Phase contre-choc : résistance et adaptation prolongée.

Le déconfinement / Phase d’épuisement : seuil où l’adaptation est difficile.


Comprendre ne règle rien, mais ça peut soulager. Ma démonstration est simpliste. J’en conviens. J’espère dédramatiser un brin du ressenti actuel.


Que faire maintenant? 6 voies de rétablissement

Selon un article paru à l’époque des travaux du Dr Selye, La Presse, 1974, voici les principales prescriptions, toujours pertinentes, pour contrer les effets nuisibles du stress:

  • Simplifiez les habitudes de vie;

  • Évitez les complications inutiles;

  • Gagnez la bonne volonté d’autrui;

  • Efforcez-vous de mettre de côté ce qui est pénible, bien qu’inévitable ;

  • Crevez l’abcès au lieu de prolonger la douleur ;

  • L’activité est une nécessité biologique.

Le célèbre scientifique faisait remarquer qu’il n’y a rien de plus destructeur que de rester inactif et dans l’absence totale de stimulation.


« Pour demeurer en bonne santé, l'homme a besoin d'avoir un but qu'il puisse respecter et pour lequel il soit fier de travailler. Chacun de nous doit trouver une façon de décharger son énergie refoulée, sans créer de conflits avec ses semblables, et en gagnant, si possible, leur bienveillance et leur respect. »


Bon. Dans mon cas, cet été, ce sera la réussite de mes géraniums! Et vous?


Dominons « la bête ». Transformons le stress en vitalité

Il vaut mieux maintenir le contact avec nos « bases », celles qui apaisent, régénèrent et nourrissent notre joie de vivre.


Sortons marcher. Changeons une habitude. Parlons et parlons-en encore. Se confier en toute tranquillité d’esprit procure l’effet d’un élixir aux vertus bienfaisantes.


Écrire, écouter les oiseaux, exprimer l’amour du mieux qu’on peut, vivre à deux mètres de distance avec les autres…et « collés » contre soi-même.


Qu’est-ce qui vous ferait chaud au cœur cet été?


Je prépare la suite pour vous…

0 vue

© 2020 Lucies Marois